Se Connecter

Phobie de l’avion

//Phobie de l’avion
Phobie de l’avion 2017-10-10T22:19:29+00:00
Phobie-de-l-avion 1Quand je consulte ma graphiste pour une brochure, je ne sais pas qu’elle souffre d’une phobie de l’avion. Pour le besoin du fascicule, je lui explique la technique. Elle m’avoue alors sa peur de l’avion. Nous sommes dans un snack à l’étage et je lui demande la permission de lui expliquer en la prenant comme cobaye. C’est un peu présomptueux de ma part car je ne connais pas la sévérité de sa phobie. Elle accepte. Nous allons travailler pendant 20 minutes.

Dans son cas elle avait vécu un voyage traumatisant en avion. Nous avons travaillé sur le souvenir. J’ai appliqué avec elle « la technique du film ». Je lui ai demandé alors quelle serait son intensité de peur si elle devait revivre le rôle principal du film sur une échelle de cotation de 1 à 10, 10 valant le maximum de peur. 7 aurait été son intensité. Nous avons alors tapoté:

  • Même si il y a eu le film «terreur en avion» je m’accepte totalement et profondément

Nous avons fait la séquence 2 fois. Quand l’intensité était à zéro, je lui ai demandé de regarder le film attentivement et nous avons tapoté sur chaque aspect du film pour lequel elle sentait une intensité en re visualisant. Après 20 minutes elle pouvait penser à cet épisode sans stress et je me suis arrêtée là. Le seul test possible serait son prochain voyage en avion. Qui fut concluant quelques mois plus tard malgré des turbulences et un retard à l’atterrissage.

phobie de l'avion 2Françoise me consulte pour une phobie de l’avion. Comme d’habitude, je ne sais pas si c’est une phobie simple ou complexe. Je commence à lui demander quelles sont les sensations qu’elle éprouve et les conditions quand la phobie se déclare. L’anamnèse dure plus ou moins une heure et puis nous commençons à travailler. (Je fais des séances de 2 heures). Nous travaillons beaucoup sur la première fois qu’elle a ressenti la phobie en rassemblant les souvenirs dans un film intitulé « LE PIRE ».

  • Même si ça m’arrive quand il fait chaud et qu’il y a beaucoup de personnes dans l’avion
  • Même si ça m’arrive quand il n’y a pas d’aération apparente, j’ai des sensations d’étouffement
  • Même si ça m’arrive aussi quand j’entre dans un tunnel et qu’il est bloqué, je m’accepte …
  • Même si j’ai été bloquée dans un tunnel, il y a un an et j’ai commençé à paniquer, je m’accepte …
  • Même si je commence à le sentir maintenant dès que j’imagine l’avion fermé, je m’accepte …
  • Même si j’ai ce stress dès que je suis à l’aéroport, je m’accepte…
  • Même si j’ai ces sensations quand la porte est fermée, il n’y pas d’air libre, j’ai la sensation que je ne pourrai pas respirer et que je vais étouffer,…
  • Même si j’ai peur de faire une bêtise et d’aller ouvrir cette porte, je m’accepte…
  • Même si j’ai peur d’avoir une crise de panique, je m’accepte,…
  • Même si j’ai vu une fille faire une crise de panique, je m’accepte,…
  • Même si il y eu le film « LE PIRE », je m’accepte …
  • Même si c’était épouvantable, qu’il n’y avait pas de place pour la tête ni pour les pieds, pour tourner les pids ou bouger, je m’accepte…
  • Même si c’est arrivé lors de notre retour de Crète, qu’il faisait très chaud et que l’avion était complet, je m’accepte…
  • Même si je ne pouvais pas bouger, je voyais des gens debout devant moi, les portes étaient déjà fermées, l’avion roulait déjà et j’étais étonnée de la vitesse au sol,…
  • Même si je ne peux pas partir de cet endroit quand j’en ai envie,…
  • Même si je me sens noyée comme cette actrice dans le film,…

A ce point de la séance, Francoise a un soulagement en ce qui concerne la première expérience mais dès qu’elle pense à la phobie, sa respiration s’accélère. Nous faisons alors une série de tapotements sur les symptômes de la respiration. Elle se souvient alors d’un film américain qui lui donne les mêmes symptômes quand elle se souvient voir quelqu’un se noyer. Nous tapotons alors sur ce sentiment d’étouffement quand elle visualise ces images de noyade. Nous tapotons une série sur la peur de ses images de noyade pour conclure la séance.

Au début de la séance suivante Françoise me dit qu’elle sent une amélioration dans sa phobie . Elle n’a plus peur dans les tunnels. Lors de l’anamnèse je demande toujours « Si vous deviez revivre votre vie, quels sont les évènements ou les personnes que vous ne remettriez pas ? » Elle m’avait cité lors de la première séance 3 éléments. Le premier, son mari coureur de jupons, le deuxième, avoir habité 7 ans dans un lieu détestable qui était un rêve pour le mari et un calvaire pour elle. Le troisième est son arrivée en Belgique au début de son mariage. C’était un choc, tout avait été décidé pour elle. « Quand j’étais jeune, je n’osais pas dire non , je ne me suis pas révoltée car je ne voulais pas que quelque chose foire à cause de moi.»

Nous tapotons sur ces trois choses en commençant par son arrivée en Belgique.

  • Même si il y eu le film « SUBIR » , je m’accepte…
  • Même s’il y avait trop de monde, pas assez de place et que c’était TROP pour cet avion, je m’accepte totalement et profondémment

phobie de l'avion 33A ce moment-là je demande à Françoise à quoi cela lui fait penser. Elle pense alors qu’elle est submergée par le travail. Elle voit directement les piles de choses qu’elle a à faire sur son bureau. » Il y a TROP. C’est elle qui prend tout en charge à la maison, dans la société familiale, même quand son beau-frère ne fait pas son travail, c’est elle qui pallie à ses manques. Elle se sent « noyée » « enfermée ». Et nous tapotons alors sur toutes les choses qu’elle doit subir dans sa vie.

  • Même si je suis faible parce que je ne sais pas dire non, je m’accepte…
  • Même si je me sens humiliée et rabaissée quand mon mari a une maîtresse, je m’accepte…
  • Même si je me sens rabaissée, je m’accepte…
  • Même si je fais le travail des autres et que je me sens submergée,…

Troisième séance Françoise voit une amélioration dans sa phobie mais elle a encore froid dans le dos dans les ascenseurs avec une peur de s’y retrouver enfermée.

  • Même si j’ai froid dans le dos quand je suis dans un ascenseur, et c’est arrivé il y a 2 jours
  • Même si j’ai encore peur de l’enfermement, je m’accepte…
  • Même si j’ai peur du changement quand ils ferment les portes et que ça décolle,…
  • Même si j’ai encore cette peur de ne pas pouvoir respirer et de ne pas pouvoir m’échapper,…
  • Même si je me sens coincée dans beaucoup de situations de ma vie,…
  • Même si j’ai l’impression de subir mon mari et cela m’étouffe, je m’accepte,…

Nous terminons la troisième séance. Ce dont je me souviens c’est de l’étonnement de Françoise quand elle fait le lien entre être submergée dans son travail et dans sa vie privée et les sensations physiques d’étouffement quand elle pense à sa phobie de l’avion. Françoise m’envoie un mail un mois plus tard :
Tout s’est bien passé lors de mon voyage en avion, la semaine passée (avril 04), malgré un avion plein et que j’étais assise au milieu de la dernière rangée. Je vous remercie pour votre aide précieuse.

phobie de l'avion 3C’est une phobie très sévère car même quand Valentine voit un avion dans le ciel, elle commence à sentir les symptômes. Même si elle en voit un à la télévision, elle ressent l’angoisse. Valentine a 32 ans et prévoit un voyage au Canada en juillet. Elle désire faire ce voyage au Canada car elle va rencontrer sa belle famille pour la première fois. Elle n’a plus pris l’avion depuis ses 20 ans. Elle me consulte en mars et prévoit une séance par mois. En début de séance elle me parle rapidement d’un deuil qu’elle a mis 15 ans à faire. C’est son oncle et parrain. Il lui manque encore, elle vient à peine de faire le deuil quand elle me consulte. Il était une référence masculine pour elle. Nous revenons sur l’avion qu’elle a pris à l’âge de 7 et 13 ans sans problème. À 17 ans voyage à Tenerife. Elle se dit avant de monter dans l’avion. « Ça y est, on va peut-être se casser la figure » « Un gros bac comme ça qui vole comment ça se fait ? » Valentine a déjà suivi une psychothérapie quelques années auparavant a près une rupture mal vécue. Comme toujours nous commençons sur les 2 derniers vols effectués ainsi que sur le moment exact où commencent les sensations. Je demande « Qu’est-ce qu’il se passe spécifiquement ? »

  • Même si j’ai des sensations de vertige au décollage, je m’accepte…
  • Même si je ne sais plus trop bien où je suis quand l’avion décolle,…
  • Même si je panique quand un bruit change, je m’accepte…
  • Même si j’ai un malaise quand je me rends compte que je ne sais pas où je suis, je m’accepte…
  • Même si je suis gênée d’avoir cette phobie et j’ai honte,…
  • Même si j’ai du mal à exprimer quelque chose,…
  • Même si je suis en colère contre moi d’avoir cette phobie,…
  • Même si j’ai appris « on ne se met pas en colère » et j’ai du refouler et ravaler beaucoup de choses,…
  • Même si je trouve con d’avoir peur d’avoir peur,…
  • Même si j’ai peur de revivre cet état de stress que j’ai eu les dernières fois que j’ai pris l’avion,…
  • Même si c’est une sensation de totale perte de référence quand l’avion décolle et que je ne vois plus la ligne d’horizon, je m’accepte totalement,…

Je lui demande à ce moment-là à quoi cela lui fait penser. Et elle répond à la perte de son « tonton » mort, qui était sa référence masculine. Bingo !

Même si cela me fait penser à la perte de Tonton, je m’accepte ,…
Même si je me suis sentie amputée d’un bras, d’une jambe quand il est «parti», c’était un choc, une perte tellement importante, je m’accepte totalement et profondément,…
Même si j’étais paf, sciée, je ne pouvais accepter que «tonton loulou est mort»,…
Tout d’un coup ce lien avec les pertes de référence devient une évidence. Elle me parle alors d’Annie une gardienne qui s’est occupée d’elle de l’âge de 3 semaines à l’âge de 13 ans. Elle la considère comme sa seconde maman et ses enfants comme ses frères et sœurs. Et puis de son chat qu’elle a gardé pendant 13 ans et qui est mort deux ans auparavant. Quand elle rentre de l’école et que ses parents travaillent, c’est le chat qui l’accueille. Autre référence affective.

  • Même si « Annie » est partie aussi brusquement et sans prévenir
  • Même si je ne me suis pas rendue compte à quel point j’étais triste et choquée
  • Même si Bandit (le chat) est mort et je ne m’y attendais pas
  • Même si mes parents le savaient et n’ont pas voulu me dire qu’il avait le cancer, et ça me met en colère
  • Même s’ils me l’ont caché mais ils l’ont fait parce qu’ils me savaient sensible
  • Même si je suis toujours triste en penant à lui et en passant devant sa photo à la maison

A la séance suivante, la troisième, Valentine se sent mieux à l’idée de voyager. Elle me dit qu’elle se tapote parfois dans sa voiture quand elle a des émotions et qu’elle rentre de son travail. Elle commence à accepter qu’elle a le droit de sentir ses émotions et les exprimer. Elle se rend compte à quel point elle a souffert mais que c’était refoulé.

Il reste néanmoins encore des peurs en ce qui concerne l’avion. La phobie a duré 12 ans.

  • Même si j’ai l’estomac qui gargouille à l’idée de prendre l’avion,
  • Même si j’ai encore de l’appréhension,
  • Même si je me pose encore des tas de questions
  • Même si je ne suis pas sûre d’être assez préparée pour voyager
  • Même si je me demande si quelque chose va se passer tout en étant bien préparée
  • Même si j’ai eu toutes ces pertes, tonton, Bandit et Annie ainsi que ses enfants
  • Même si je ne me rendais pas compte à quel point ils étaient tous si important pour moi et pour quoi cette phobie c’était si fort

A la cinquième entrevue, Valentine est assez confiante et sait que c’est la dernière séance. Néanmoins…

  • Même si je panique parce que c’est dans 7 semaines
  • Même si je me demande si j’ai été au bout des choses
  • Même si j’ai le trac de voir Madame Dubois pour la dernière fois
  • Même si je n’aime pas les séparations
  • Même si j’ai peur de perdre les autres et mes parents en particulier
  • Même si cela me fait penser que maman a été abandonnée à 4 ans et qu’il y une perte de référence pour tout le monde
  • Même si j’ai peur de ne pas pouvoir gérer le chagrin et ne pas maîtriser ce qui arrive
  • Même si Jean-Yves fait partie de ces pertes (rupture précédente qui l’avait conduite en thérapie auparavant)
  • Même si catherine m’a dit « je n’ai plus envie d’être amie avec toi »

A la fin de la séance je fais un test de visualisation sur le voyage Bruxelles-Londres et tout semble OK. Voici le mail que Valentine m’envoie après son voyage.

Un immense merci pour votre aide, votre gentillesse, votre disponibilité et votre douceur. Vous m’avez libérée d’émotions trop longtemps refoulées. Elles ont enfin pu être exprimées et ce, grâce à vous.

J’ai repris l’avion et ai fait un magnifique voyage. À l’aller, j’avoue avoir été angoissée lors du décollage.(Note de Caroline : j’ai peut-être omis un aspect mais le retour s’est bien passé au décollage aussi) Par contre, le vol et l’atterrissage se sont merveilleusement bien passé ainsi que le voyage de retour. Je me suis même entendue dire “L’avion, c’est génial !”….

Non seulement, vous m’avez aidée à me débarrasser d’une peur incontrôlée qui me privait de voyages, mais en plus, notre travail commun me permet aujourd’hui de vivre mes émotions beaucoup plus sereinement. Je vis une deuxième naissance, une libération.

J’ai déjà envie de reprendre l’avion et de retourner au Canada. D’autres idées de destinations ne manquent d’ailleurs pas.

Encore merci.

Caroline Dubois

 

 

Cadeau de Bienvenue :

--LE manuel de l'EFT
--Accès aux newsletter spéciales Praticien EFT
--Invitation personelle
aux principaux évènement EFT
We hate spam. Your email address will not be sold or shared with anyone else.